Matière grise contre la crise

Smart path story: 

ICub a la taille d’un enfant de trois ans. Ce petit robot humanoïde est capable de comprendre ce qu’on lui dit et d’anticiper la fin d’une phrase. Lorsqu’un chercheur lui demande de distinguer un objet d’un autre, iCub répète la phrase et explique qu’il a bien
compris ce qu’on lui demande avant de s’exécuter.

Cette prouesse technologique a été possible par la mise au point d’un « cerveau artificiel simplifié » qui reproduit certains types de connexions récurrentes observées dans le cerveau humain. Le robot peut apprendre, comprendre de nouvelles phrases et faire le
lien entre elles.

Les chercheurs de l’Inserm et du CNRS de l’Université Lyon 1, au sein de l’équipe dirigée par Peter Ford Dominey, travaillent depuis plusieurs années sur ce robot. Les résultats obtenus sont très importants pour la recherche sur certaines pathologies. « Nous
savons que, quand un mot inattendu arrive dans une phrase, le cerveau réagit de façon particulière », explique Peter Ford Dominey : le modèle mis au point permet d’identifier la source de ces réponses dans le cerveau. Si ce modèle est correct, il pourra contribuer
à la compréhension des dysfonctionnements linguistiques de la maladie de Parkinson. Ces recherches concourent aussi à l’apprentissage du langage par les robots.

Credit photo : Eric Le Roux / Service communication / UCBL.

Posted by: cflevy